Les Brumes de Riverton, Kate MORTON

Unknown.jpgDe quoi ça parle?

De Grace, une jeune fille de tout juste 14 ans qui intègre le très cossu et réputé château de Riverton, propriété que les différents lords Ashbury se lèguent de génération en génération. L’année 1914 commence à peine. La jeune servante découvre en même temps que le monde du travail la famille pour qui elle a immédiatement une vraie fascination, notamment pour petits-enfants, David (17ans), Hannah (14 ans ) et Emmeline (10 ans). Bientôt la guerre éclate et la bonne société anglaise est entrainée dans son sillage. 

Ce que j’en ai pensé?

Tout comme j’avais dévoré Les Heures lointaines, j’ai avalé ce roman en quelques jours. Kate Morton a l’art de savoir mené son récit tout en gardant en haleine son lecteur. Car ce n’est pas tant le récit de Grace qui passionne (personnellement c’est celui-là qui m’a passionnée), c’est avant tout qu’on cherche à savoir ce qu’il s’est passé à Riverton en 1924: pourquoi le poète Robert Hunter s’est tué dans le lac du parc du château, devant les deux châtelaines, alors qu’au même moment, une fête extraordinaire se déroulait dans la demeure. Qu’a-t-il bien pu se passer ce soir-là, pour qu’au lendemain de cette tragédie les soeurs ne se soient plus jamais reparlé? A peine le roman est lancé que déjà tous nos sens sont tout azimut.

La narration alterne entre celle de Grace très âgée, qui attend d’avoir des nouvelles de son petit fils disparu depuis quelques semaines, et celle de Grace, jeune adolescente qui fait ses premiers pas à Riverton. Plus le texte avance, plus les deux narrations se confondent et plus la vieille dame a du mal à revenir au présent. Elle nous raconte sur 10 ans (de 1914 à 1924) comment la guerre est entrée avec fracas à Riverton et comment elle a changé à jamais cette famille, comment cette famille séculaire est tombée dans les filets de l’Histoire et comment ce qui était écrit a dû être réécrit.

J’ai beaucoup aimé la vie du personnel racontée par Grace, très très proche de l’ambiance de Downton Abbey ou Des Vestiges du jourParfois, sous les traits du majordome ou de la cuisinière, je voyais les personnages de la série tant ils sont proches les uns des autres. On assiste à des repas grandioses, à des fêtes d’un luxe sans nom. On entend le cristal qui teinte, on sent la fumée des cigares…, un vrai voyage dans le temps, qui m’a paru loin (et pourtant pas tant que ça). A ces festivités répondent les heures noires de ce début de siècle : engagement, combats, morts, ruine… Le récit ne s’attarde non plus pas trop longtemps sur cette période, suffisamment cependant pour que l’on comprenne à quel point le réveil sera difficile pour l’aristocratie anglaise qu n’a pas vu arriver le changement.

On entre alors dans la période des années vingt. J’ai de nouveau voyagé au son du jazz, au gré des robes fourreau, on entend également les premières revendications sociales du personnel servant, on assiste à la lente descente des grandes familles, j’ai visité un Paris à la vie artistique bouillonnante, des fêtes londoniennes courrues par les familles fortunées,. L’insouciance est bien rendue et ne peut qu’apparaitre que plus déplacée au regard des évènements qui vont arriver à Riverton.

Petit à petit, le puzzle se forme et on comprend les contours de l’histoire. Ce qu’il s’est passé, pourquoi. Comment les évènements ont pris ce cours… On est emporté par l’intrigue et le lendemain où j’ai fini le roman, je me suis surprise à être déçue de ne pas retrouver Riverton, son faste, ses habitantes et ses anecdotes.

Bref, c’est un roman plaisant qui nous invite temps d’une lecture dans un voyage dans le temps parfaitement dessiné. J’ai passé un excellent moment.

 

Déjà lu du même auteur :

Les Heures lointaines (il est encore question d’un voyage dans le temps, celui-ci dans les sombres nuits de la deuxième guerre mondiale, en pleine campagne anglaise, dans un château qui recèle bien des secrets, qui mettront plus de 50 ans à être découverts.)

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

🐱Chablablablabla🐱

Mes coups de cœur, mes bavardages...

dear ema - blog littéraire

a book, a coffee, a cat

Nathaanelo

The greatest glory in living lies not in never falling, but in rising every time we fall

PhenixWebTv.com

Au cœur de l'actualité culturelle et artistique

Ma beauté chimique

Quand la beauté se mêle à la chimie ...

A Sad Picture Of A Red Sky

Un blog où je vous parlerais de mes passions, le cinéma, la musique, les romans, les comics/BD, les séries TV et qui sait, un jour peut-être je vous parlerais de l’Univers A Sad Picture Of A Red Sky et de mes romans ;) En attendant bonne lecture, bon visionnage et bonne écoute ! D.A.G. //// A blog about movies, music, novels, comics, TV-shows and maybe one day I will talk to you about A Sad Picture Of A Red Sky Universe. Meanwhile, have a good reading, viewing and listening ;) D.A.G.

Une Page de Paradis

Un mot, une page, un livre, des livres

Page 53

All you read is love!

CoolChiZine

Ton Webzine cool, fun et sans chichi

Kheira's Upper Assembly Room

Chroniques littéraires et cinématographiques

Marcelpois

Blog littéraire et autres découvertes...

LES LIVRES DE K79

Les lectures et les avis d'Anthony

Lectures & co

Littérature et lifestyle

Carolivre

Toujours un livre à la main

%d blogueurs aiment cette page :